食堂かたつむり- Le restaurant de l’amour retrouvé- revue littéraire

Image de couverture de MademoiZelle

Par Cécile D

Prix du roman gourmand 2013, Le restaurant de l’amour retrouvé d’Ito Ogawa est un ouvrage qu’on a envie d’ouvrir les jours où tout va mal car il s’en dégage un doux parfum de bonheur de de nourriture délicieuse et réconfortante.

Rinko, jeune cuisinière dans un restaurant indien, rentre un soir chez elle pour découvrir que son petit ami a quitté leur appartement commun en emportant tout avec lui sauf une jarre de légumes confits. Désespérée et profondément meurtrie face à cet abandon sans la moindre explication ni rupture, Rinko quitte Tokyo pour retourner dans la maison de sa mère au Nord du Japon sur la côte Pacifique. Alors qu’elle tente de s’introduire sans bruit pour y dérober un peu d’argent et s’enfuir pour ensuite recommencer sa vie ailleurs, elle est surprise par Hermès, le cochon de sa mère ! Obligée de rester une fois découverte par sa mère, Rinko décide alors de monter son petit restaurant dans son village natal déjà bien désert pour redonner le goût de l’amour à des habitants en mal d’affection ou trop timides pour oser parler à l’objet de leur cœur. Rinko pourra-t-elle aussi aller de l’avant et surmonter tous ses démons du passé grâce à son talent pour la cuisine?

Ce livre est très joliment écrit et on s’attache à Rinko et à ses drôles d’amis dans un village où la vie semble s’être arrêtée depuis bien longtemps. Ses relations complexes avec sa mère entre ressentiment et affection refoulée nous montre toute la complexité de la vie au Japon entre non-dits et espoirs de monter vers Tokyo, la grande métropole si attractive où la vie est pourtant bien difficile, et le monde en-dehors de cette bulle. Ce Japon rural oublié nous est présenté sous un jour réaliste mais aussi optimiste. Même pour Rinko dont la vie (et les économies) a été emportée en un instant, il y  un espoir de renouveau grâce à son amour de la cuisine et à son émerveillement devant la beauté de la Nature. Le côté cocasse est aussi présent par le personnage pour le moins incongru d’Hermès, énorme cochon aux sentiments quasi-humains et presque plus intelligent que certains d’entre eux (un peu comme le chat de Soseki n’est-ce pas?^^). La mère de Rinko, présentée sous un jour peu flatteur est en réalité un personnage beaucoup plus complexe qu’on ne pourrait l’appréhender à travers la vision de sa fille qui porte en elle une profonde rancœur liée à des malentendus et des silences trop lourds. Ce roman nous interroge sur la manière dont nous transmettons nos sentiments : sommes-nous toujours bien sûr que l’autre comprend la même chose que nous? Comment réussir à expression son amour et son affection pour quelqu’un sans l’oppresser ou à l’inverse sans trop se taire ? Rinko et sa mère ont oublié de se parler et ont construit un mur autour de leurs cœurs respectifs pour mieux ne pas s’avouer qu’elles n’ont tout simplement jamais osé aborder les sujets les plus délicats de peur de se blesser et de ne pas savoir trouver les mots.

Les aspirations de Rinko sont aussi les nôtres, raison pour laquelle on se sent si proche d’elle : elle cherche l’amour et veut donner libre cours à sa passion, la cuisine. Cela semble simple mais en réalité c’est bien plus difficile qu’il n’y paraît et cette quête éternelle est un recommencement pour Rinko comme pour nous.

On vous recommande vivement ce livre 🙂

Plus de revues littéraires:

 

Publicités

10 réflexions sur “食堂かたつむり- Le restaurant de l’amour retrouvé- revue littéraire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s