花とアリス 殺人事件 Hana et Alice film review – The case of Hana & Alice

Par/By ChloéEnglish here

Image de couverture/ cover pic from fr.film-cine ; les images de l’article sont des captures d’écran du film prises par nos soins, all the article’s images are screenshots from the movie.

Le film d’animation Hana et Alice (Hana to Alice : Satsujin Jiken) raconte la rencontre entre ces deux jeunes filles, sur fond de mystère, de rumeurs et de malentendus. Tetsuko Arisugawa, surnommée Alice, à peine transférée dans un nouveau lycée après le divorce de ses parents, entend parler d’un certain Juda qui aurait été assassiné l’année précédente, « par quatre Juda ». Ce n’est pas auprès de ses camarades de classe qu’elle trouvera des éclaircissements, ces derniers étant trop occupés à participer, sans trop de conviction, à des rituels pour apaiser l’âme du défunt. Alice se tourne alors vers Hana, cette fille étrange qui reste cloitrée chez elle et dont tout le monde a peur.

D’abord au niveau des graphismes, un grand effort a été fait sur l’affiche où les personnages sont très bien dessinés et sur laquelle le film a l’air prometteur. En réalité, il y a un décalage hallucinant entre les décors et les animations. Les premiers ressemblent à des aquarelles et sont magnifiques… tandis que les animations sont bas de gamme, d’une qualité si mauvaise que j’ai eu du mal à en faire abstraction en regardant le film. Elle a été faite par rotoscopie et est très mal agencée avec les décors ; alors que la rotoscopie est censée rendre l’animation plus naturelle, c’est l’inverse qui se passe, on dirait des animations de MMD. C’est ainsi que des personnages dessinés très simplement, ce qui pourrait être un style si seulement c’était fluide, se meuvent dans des décors splendides aux couleurs resplendissantes.

Voyez vous-même le contraste :

Capture d’écran 2018-01-23 à 10.18.12.png

Capture d’écran 2018-01-23 à 10.18.20.png

Ensuite, l’intrigue. L’histoire est intéressante mais j’ai souvent eu l’impression qu’elle était un peu rallongée, certains passages sans intérêt pourraient l’enrichir s’ils n’étaient pas si longs : disons qu’ils sont trop longs pour des détails n’apportant rien à l’histoire. Les malentendus et détournements de l’objectif principal sont nombreux et donc un peu lourds. Je trouve que ce film aurait plutôt dû être un court-métrage, et ainsi il aurait été possible, en resserrant l’histoire sans se perdre dans des détours inutiles, de créer un vrai suspense autour du fameux Yuda. Le problème est là : le véritable intérêt du film est le mystère autour de ce personnage, et pourtant elle met un temps interminable à démarrer puisque toute la première partie du film consiste à introduire des thèmes complètement abandonnés par la suite. Ce n’est pas vraiment que cette partie soit mauvaise, on ne s’y ennuie pas mais lorsque je me rends compte que seulement la moitié tient la continuité avec la suite, je me demande un peu ce que le reste fait là. L’enjeu du film est également, derrière cette enquête de narrer le début d’une amitié entre Hana et Alice… cependant même à ce niveau-là le rythme est complètement décousu. En bref, le manga ne dure qu’un seul tome, et on voit bien que le film fait du remplissage.

Capture d’écran 2018-01-23 à 10.25.00 1.png

L’intrigue dans son essence contient des éléments très positifs, par exemple concernant la manière dont les gens peuvent croire en des supercheries si on les mystifie, comment la popularité peut se renverser entre rumeurs et harcèlement scolaire, c’est la raison pour laquelle certains avis de spectateurs disent l’avoir trouvé très réaliste. Il est vrai que Hana et Alice traite d’une histoire construite et fantasmée, dont on ne sait jusqu’au bout si elle est anecdote ou tragédie. Hana et Alice montre à quel point on peut avoir peur de la vérité, et en même temps à quel point il est difficile d’avancer sans la connaître, en restant dans l’incertitude, sans savoir si on trouvera le soulagement ou la confirmation de ses plus grandes peurs. C’est d’ailleurs pourquoi certaines scènes sont assez belles, comme celle où Hana confie à Alice pourquoi elle ne va plus à l’école.

Capture d’écran 2018-01-23 à 10.32.43.png

Pour résumer, Hana et Alice est une histoire très intéressante et qui mérite l’attention… cependant l’adaptation qu’en fait le film est assez catastrophique entre remplissages et animations bas de gamme. J’ai bien trouvé quelques avis de spectateurs disant avoir été transportés, je les envie car pour moi la magie n’a pas opéré. Je n’ai pas non plus détesté ce film, il m’a juste laissée un peu dubitative, et surtout déçue que certains éléments viennent gâcher un ensemble qui aurait pu être magnifique.

Plus d’animation Japonaise !

蛍火の杜へ Vers la forêt des lucioles

Revue anime – pourquoi Mirai Nikki est extraordinaire

Recommendations animés pour les vacances !

L’art de l’animation I : détruire le quatrième mur (« The End of Evangelion »)

Princesse Mononoke, une plongée dans le shintoïsme

Revue ciné -かぐや姫 – La princesse Kaguya

Cinq centimètres par seconde, toute la beauté du Japon en 62 minutes

Des animés à dévorer sans modération !


English version

fr.film-cine

The animated film The Case of Hana & Alice (Hana to Alice : Satsujin Jiken) tells the meeting between these two young girls, against a backdrop of mystery, rumours and misunderstandings. No sooner Tetsuko Arisugawa, surnamed Alice, had transferred in a new high school after her parents divorced, that she hears from some Yuda who would have been killed the year before, “by for other Yuda”. This is not her classmates that will shed light on those strange stories, too busy taking part, without that much conviction, in rituals to make Yuda’s spirit return back to hell. Alice then turns to Hana, this strange girl who stays cloistered into her house and who everyone fears.

First concerning the drawing style, efforts have been made on the movie poster where the characters are very well drawn and on which the movie seems promising. In reality, there is a huge discrepancy between backgrounds and animations. The former looks like watercolours and is wonderful…while the animations are bottom-end, of a quality so low that I struggled to disregard it while watching the movie. The animations were made by rotoscoping and are very badly laid out with the backgrounds : whereas rotoscoping is supposed to make movements more natural, what happens is the contrary and the animations look like MMD. That is how characters which are drawn very simply, what could be a style if only it was smooth, move in splendid sceneries.

See the contrast by yourself :

Capture d_écran 2018-01-23 à 10.18.12

Capture d_écran 2018-01-23 à 10.18.20

Then, the plot. The story is interesting but I often had the impression that it was a little extended. Some scenes without interest could enrich it if they were not so long : say that they are too long for details that do not bring anything to the story. The misunderstandings and diversions from the main objective are numerous and over-the-top. I think that this movie should rather have been a short film. It would have allowed to tighten the story, without getting tangled up in digressions, and thus to create a real suspense about Yuda. The problem is here : the true movie’s interest is the mystery about this character and nevertheless this investigation, about the title’s “murder” (殺人事件Satsujin Jiken) take an endless amount of time to start since the all first part of the movie consists in introducing themes that are completely neglected afterwards. It is not that this part is bad, I did not really get bored but, when I realised that only half of it was following on from the rest, I wondered what the other half was doing there. This movie’s topic is also, beyond this investigation, to narrate the beginning of Hana and Alice’s friendship… however even concerning that the rhythm is completely disjointed. In brief, the manga only lasts one volume, and we can see that the movie is padding.

Capture d_écran 2018-01-23 à 10.25.00 1

The plot in itself contains very positive elements, such as concerning the way people can believe in deceptions if they are mystified, how popularity can be reversed between rumours and bullying, that is why some spectators said they have found it realistic. It is true that Hand and Alice is about a story built and fantasised, and we do not know until the end if it is anecdote or tragedy. Hana and Alice shows to which point we can fear truth, and at the same time how difficult it is to move forward without knowing it, staying in uncertainty, without knowing if we will find relief or our greatest fears’ confirmation. That is why some scenes are quite beautiful, such as the one when Hana confides in Alice why she no longer goes to school.

Capture d_écran 2018-01-23 à 10.32.43

In a nutshell, Hana and Alice is a very interesting story which deserves attention… however the adaptation made by the movie is quite catastrophic between padding and low-quality animations. I found some spectators’ recommendations saying that they have been transported, I envy them because for me magic did not work. I do not hate either, it just let me a little sceptical, and mainly disappointed because some elements are ruining a whole that could have been wonderful.

More Japanese animation !

蛍火の杜へ Into the forest of Fireflies’ Light

Anime review – why Mirai Nikki is amazing

Our fav anime for holidays !

A peak into the shinto world through Mononoke Hime

The tale of princess Kaguya – film review

Kubo, master of the origami

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s