Jakuchū : les derniers jours d’un chef d’oeuvre

Par Paul

Vous connaissez sûrement le mouvement ukiyo-e, les images du monde flottant, dont le maître, Hokusai, a peint la si célèbre Vague. Mais Jakuchū ne correspond en rien au style de son époque. Ses oeuvres sont uniques : il fut une figure singulière et excentrique de la période Edo (1603-1867). Résigné à rester à l’écart de la société, en raison de sa divergence et de sa non-conformité, il se consacre à son art, une sublimation de la nature aussi surprenante qu’inspirante.

L’équipe Ramen-toi s’est réunie pour visiter une exposition exceptionnelle, et découvrir ensemble le chef-d’œuvre de Jakuchū, exposé pour la première fois en Europe, à l’occasion du 160e anniversaire des relations diplomatiques entre la France et le Japon : « Japonismes 2018 ».

Cet ensemble de trente rouleaux, intitulé Images du royaume coloré des êtres vivants (Dōshoku sai-e), est son œuvre la plus ambitieuse, réalisée sur presque une décennie. Il représente l’un des exemples les plus remarquables de peinture polychrome japonaise du 18ème siècle.

petit_palais_11_0

Le Petit Palais

C’est après un long périple, puisque les foules s’étaient visiblement déplacés en masse pour voir le grand œuvre, que nous sommes arrivés dans le hall du Petit Palais. Notre but était d’admirer ce chef d’oeuvre, exceptionnellement libéré des collections impériales pour que nos yeux profanes puissent s’en repaître.

Une fois entrés dans la salle sombre qui leur servait de tanière, nous fûmes immédiatement assaillis par la vivacité des couleurs chatoyant ces animaux, resplendissant de majesté, comme habités par une vie propre. Une fois cette éclat surmonté, ce fut les détails minutieux qui prirent la relève, des plumes travaillées du phénix aux écailles des poissons et aux fleurs bourgeonnant a l’arrivée du printemps… et ce jusqu’à notre sortie, ébahis, moment de bonheur fugitif mais ô combien grisant.

Il peut sembler, au plus attentif de nos lecteur, que cette article ne dit finalement que peu de chose de la composition précise des tableau. Mais j’ose espérer que c’est pour le mieux. S’ils vous en prend l’envie, en tout cas pour ce qu’il reste de cette semaine, je ne peux que vous encourager à aller vous délecter de l’exposition… avant sa disparition.

Plus d’art japonais :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s